Ce projet de recherche pluridisciplinaire porte sur le signalement pour troubles mentaux en France dans la deuxième moitié du XXe siècle. L’étude de cette procédure très méconnue permet de questionner la manière dont est construite l’association entre des comportements, des maladies mentales et la notion de dangerosité. Les documents produits dans le cadre du signalement donnent en effet accès à un ensemble de postures profanes et professionnelles : l’administration préfectorale et municipale, la psychiatrie, la police, des citoyens interagissent pour évaluer où se situent les frontières entre la folie et le danger mais aussi ce qu’il convient de faire pour les anticiper. En exploitant les archives du signalement dans la Seine et dans le Nord, PSYGNAL vise trois objectifs. Il s’agit d’établir des connaissances nouvelles sur les modalités de traitement des signalements ainsi que la place qui leur est faite dans les politiques de prévention des maladies mentales et du maintien de l’ordre. Le but est également de mettre en évidence le travail de la police dans la gestion quotidienne de la folie et la définition de cette catégorie de déviance aux contours flous. Enfin, le projet propose d’enrichir la compréhension de l’expérience sociale de la maladie mentale en se plaçant hors des murs des institutions, en amont d’une éventuelle hospitalisation.

Generated by Feedzy