Ce projet interroge les transformations des formes de citoyenneté au travail en s’intéressant aux travailleurs1 du port à travers des outils d’observation et de médiation audiovisuels. Travailler ce groupe professionnel nous permet d’ouvrir une réflexion sur les mobilisations ouvrières au coeur du capitalisme logistique. En outre, par la pluralité des questionnements abordés, la diversité des sous-champs des sciences sociales mobilisés – de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire et de la science politiques – ce projet vise à faire émerger un dialogue interdisciplinaire autour des rapports entre travail et politique.

L’entrée empirique place la focale sur deux configurations portuaires méditerranéennes. D’une part, le port de Gênes en Italie où la recherche porte plus spécifiquement sur un collectif de travailleurs portuaires, le Collettivo autonomo lavoratori portuali, trad. : collectif autonome des travailleurs portuaires) connu pour sa mobilisation contre la circulation d’armes dans les ports. D’autre part, le port de Tripoli au Liban où nous nous intéressons à plusieurs groupes de dockers ayant entamé des mobilisations dans le courant de l’année 2021 contre la détérioration de leurs conditions de vie dans le cadre de la crise que traverse actuellement le pays.

Generated by Feedzy