Les études de médecine en France sont réputées pour être très sélectives et élitistes. De nombreuses réformes ont eu lieu dans l’objectif de rendre cette formation plus accessible, comme la création des LAS en 2020 ou encore la suppression du numerus clausus en 2021. Malgré tout cela, l’accès reste ésotérique. Pour l’année scolaire 2022-2023, des milliers de français ont délaissé leur pays pour les universités privées d’Espagne, où leur candidature a été acceptée bien plus facilement.

Les avantages des universités privées d’Espagne

La première raison de cette migration est effectivement la facilité d’accès. Dans ces universités espagnoles, les français peuvent faire les études qu’ils veulent et dans lesquelles ils sont doués, malgré leur échec en France. Cette porte leur permet de continuer jusqu’au bout, sans avoir à abandonner leurs rêves et se réorienter.

L’admission dans ces écoles privées commence par une sélection sur dossier, un test d’espagnol puis un entretien de motivation. Après une douloureuse année de PASS en France et une défaite aux concours, ces étudiants peuvent souffler à travers cette opportunité coûteuse mais très avantageuse.

Ils ne sont pas forcément dépaysés puisqu’ils y retrouvent beaucoup de français. L’université européenne de Madrid avait ouvert une section spécialement française dans la faculté de kinésithérapie, en 2015. Elle est actuellement remplie de 520 élèves, ce qui est un chiffre considérable. Ainsi, beaucoup de français restent entre eux pour se soutenir.

Les systèmes d’éducation secondaire et tertiaire en Espagne ont plusieurs apparentés avec ceux de la France, à l’exception des notes sur 10 et non sur 20.

La qualité des études de médecine en Espagne est supérieure à d’autres pays européens et elles ont une très bonne réputation. Les facultés dentaires et de kinésithérapie sont les plus convoitées et sont équipées de matériel de dernière génération.

Cette expérience permet également à ces étudiants d’apprendre une nouvelle langue et d’en sortir en étant bilingue. Le fait d’étudier à l’étranger dans un pays plus ensoleillé leur forge de grands souvenirs. Il est assez fréquent que ces étudiants, séduits par l’Espagne, restent jusqu’au master de spécialisation. Le diplôme européen obtenu leur permet ensuite d’exercer n’importe où au sein de l’Union Européenne. En France, environ 45% des nouveaux dentistes se sont ainsi formés à l’étranger.

Quels sont les inconvénients des études de médecine en Espagne ?

L’inconvénient principal de cette migration est le coût qu’elle impose, puisque ces institutions sont plus chères qu’en France. Si les frais d’inscription oscillent entre 100 et 300 euros, les frais d’études exposent eux une large fourchette, allant de 3 000 à 22 000 euros selon les établissements.

Une fois sur place, les étudiants s’aperçoivent très vite de la charge de travail qui reste conséquente. Le stress d’échouer et repasser une discipline est fort puisque cela coûte environ 1 200€, selon les universités.

Un écart social est constaté, puisque beaucoup d’étudiants n’ont pas les moyens de s’offrir cette voie de sortie. Certains investissent un héritage reçu en amont, d’autres font des prêts étudiants.

Les formalités d’inscription sont également un temps à prendre en compte ; il vous faudra convertir votre Baccalauréat en passant par l’UNED, qui s’occupera de la conversion et vous donnera une accréditation.

Il est important d’avoir un niveau B1 ou B2 en espagnol avant de partir, puisque la totalité des cours sera enseignée dans cette langue, ce qui peut être très déroutant au début. Le test DELE peut constituer comme une très bonne référence pour préparer son départ.

 

 

De plus en plus de départs vers l’étranger

Au fur et à mesure des années, il est constaté un essor important des études à l’étranger chez les français. Le boom est estimé à l’année 2012 et ne cesse de croître depuis. FrancEspagne Education, une agence s’occupant d’aider les français à étudier en Espagne, a accompagné 1 200 étudiants l’année dernière, dont 578 ont obtenu une place. Il n’y a pas seulement les études de médecine ; les écoles d’architecture et de commerce sont également très sollicitées.

Et pour cause, l’université privée de Madrid a ouvert une nouvelle faculté d’odontologie l’année dernière, grâce à l’Agence nationale de l’évaluation de la qualité et de l’accréditation des études supérieures. 40 des 80 élèves admis en première année étaient français. Ils sont également très nombreux dans la section kinésithérapie, puisqu’ils représentent un quart des étudiants. Ces mêmes élèves s’intègrent généralement très facilement à la culture et la langue espagnole.

La Roumanie et la Belgique font partie des destinations favorites des français pour les études de médecine, avec l’Espagne. Le niveau y est très correct puisqu’aucune lacune n’est constatée lorsque ces mêmes étudiants viennent effectuer des stages en France. Il y a également de plus en plus de départs post-Bac ; sans même tenter le concours français, certains lycéens font le choix de partir directement à l’étranger.

À défaut d’étudier dans leur pays natal, le départ en Espagne est l’opportunité pour ces étudiants de s’intégrer dans ces universités offrant une excellente qualité d’enseignement, des équipements modernes, ainsi qu’une immersion dans un nouveau pays et une nouvelle langue.

The post Les étudiants français en médecine de plus ne plus nombreux en Espagne first appeared on Cours Thalès.

Generated by Feedzy