Depuis l’invention du cinématographe, le genre documentaire se compose d’une multitude de démarches cinématographiques pour filmer le réel. Du documentaire didactique à l’enquête d’investigation, du portrait intimiste au récit autobiographique, de l’observation ethnographique au film d’archive, des images collectées sur le web au documentaire animé, force est de constater qu’il est difficile pour un public non initié au « documentaire de création » de se repérer dans la grande variété de la production patrimoniale et contemporaine.

Dans ce contexte, le projet de médiation DispoDoc (Dispositifs Documentaires) propose de réaliser une série 15 épisodes de 6 minutes afin de transmettre à un public néophyte les résultats du programme scientifique AlgoDoc. Ce projet de médiation vise à expliciter le concept de « dispositif de réalisation documentaire » qui a été formalisé au cours de trois années de recherche interdisciplinaire. Ce modèle théorique a servi de socle pour catégoriser, de manière systématique, les documentaires en fonction de leurs dispositifs de réalisation (leurs partis pris de mise en scène) plutôt que la thématique abordée (leurs sujets).

En résumé, le programme DispoDoc présente trois objectifs de médiation auprès d’un public de non spécialiste en collaboration étroite avec nos partenaires :

Dresser un panorama de la variété des dispositifs de réalisation présents dans la production documentaire contemporaine et patrimoniale. L’objectif est de déconstruire l’amalgame entretenu par l’industrie télévisée entre les programmes standardisés (magasines, reportages journalistes et documentaires formatés) et les films documentaires d’auteurs.
Catégoriser la diversité de la création documentaire à travers une série de grandes familles de films (sous-genres documentaires). L’enjeu est de donner des repères socio-sémiotiques pour permettre au public, non-initié à ce genre cinématographique, de pouvoir se repérer dans la grande diversité de la production. En effet, le genre documentaire ne peut pas s’appuyer sur la notoriété des cinéastes, le casting des comédiens, ou les sous-genres qui structurent le cinéma de fiction. Il s’agit par conséquent de penser la médiation comme un levier d’aide à la décision pour permettre aux spectateurs des plateformes de vidéo à la demande de trouver le film qu’il souhaite visionner dans un contexte de surabondance de propositions (hyperchoix des catalogues de plusieurs milliers de titres sur Internet).
Nourrir un parcours d’éducation à l’image où les différents épisodes de la série « Dispositifs Documentaires » seront accompagnés de compléments pédagogiques sur l’histoire, les techniques et les pratiques des cinéastes pour  interroger le réel.

Generated by Feedzy