Il y a du mouvement dans les procédures de recrutement des écoles de commerce ! Dès 2024, les candidats à l’ICD Business School, dont les campus se situent à Paris et à Toulouse, devront passer par le prestigieux concours SÉSAME. Baisse relative des postulants ou concurrence accrue entre écoles de commerce post-Bac sont-elles à l’origine de ce tournant ? Que va changer une telle décision pour les étudiants ?

Les concours post-Bac pour entrer en école de commerce

Deux stades d’intégration post-Bac

Aujourd’hui, les étudiants peuvent se présenter à plusieurs concours pour espérer intégrer une école de commerce. Ils peuvent également faire le choix de suivre une classe préparatoire aux grandes écoles de commerce en deux ans pour présenter la Banque commune d’épreuves donnant accès aux écoles les plus reconnues comme HEC ou l’ESSEC.

Mais de nombreux élèves souhaitent intégrer une école directement après leur Bac. Si certaines d’entre elles organisent des concours qui leur sont propres, une proportion croissante préfère organiser des concours communs.

Des concours communs directement après le Bac

Les épreuves groupées pour l’accès à plusieurs écoles sont en effet la règle en matière d’admission post-Bac en écoles de commerce. En réalité, si les épreuves écrites sont partagées entre toutes les écoles participantes, ces dernières proposent des épreuves orales spécifiques.

Deux concours dominent cet univers :

Le concours ACCES, organisé par trois structures : l’ESDES, l’ESSCA et l’IESEG
Le concours SESAME, regroupant une quinzaine de grandes écoles

Le concours SESAME, le concours des grandes écoles de commerce post-Bac.

Les candidatures

C’est en Terminale que tout commence. L’inscription au concours SESAME passe tout d’abord par l’étape Parcoursup.

Dans la mesure où les notes des épreuves de spécialité, de philosophie et du grand oral ne sont pas connues lors de l’émission des vœux sur la plate-forme d’orientation, trois éléments sont pris en compte dans le dossier :

Les notes de l’épreuve anticipée de français du Baccalauréat organisée en fin de Première,
Les notes du contrôle continu en Première et en Terminale,
Les appréciations du professeur principal et du chef d’établissement.

Par ailleurs, le choix des spécialités a son importance. À titre d’exemple, pour les élèves ayant eu la possibilité de candidater au concours, 76 % avaient opté pour les Sciences Économiques et Sociales en Première et/ou en Terminale, 55 % pour les Mathématiques, 31 % s’étaient rabattus sur l’Histoire-Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques.

Le concours

Des écrits entièrement en distanciel

L’une des originalités du concours est qu’il est 100 % digital ! Grâce à une technique performante et totalement sécurisée, les candidats passent les écrits de chez eux, à distance. Cela constitue un double avantage : plus besoin d’une lourde logistique pour rassembler tous les candidats dans des centres d’examens. De plus, cette méthode réduit les inégalités sociales et territoriales : plus besoin de se rendre à des dizaines voire des centaines de kilomètres de chez lui ni de prévoir un budget pour les frais de transport et d’hébergement.

L’écrit

Les épreuves écrites se déroulent sur une journée. Elles comportent trois « séquences », organisées selon trois thèmes :

Comprendre. En 1 h 30, il s’agit d’abord de traiter des enjeux contemporains, actualités et enjeux sociétaux internationaux en 40 questions ; puis les candidats résolvent 20 exercices de mathématiques avant de conclure la séance par une interrogation sur leurs compétences digitales.
Communiquer. Cette seconde séquence de 1 h 30 également propose des tests de connaissance linguistique en Français (40 questions), Anglais (40 questions) et dans une troisième langue (40 questions). Tous les aspects sont travaillés : grammaire, conjugaison, vocabulaire et orthographe.
Analyse documentaire. En 2 heures, il faut répondre à 20 questions destinées à évaluer les capacités d’analyse et de synthèse, mais aussi de recherche et de hiérarchisation des informations par les candidats.

En 2024, cette journée d’épreuves écrites se déroulera le 15 avril.

Épreuves orales

Si l’élève a été déclaré admissible, il sera convoqué à des épreuves orales, qui se déroulent entre fin avril et mi-mai. Comme déjà indiqué, chaque école organise à sa manière les oraux. Toutefois, le cadre reste identique :

Un entretien individuel ou une épreuve spécifique,
Et, selon les écoles, un entretien en langue étrangère.

Les écoles

La liste des écoles accessibles par le concours SESAME comprend une quinzaine de structures. Certaines proposent des programmes d’étude en 4 ans comme NEOMA, Excelia, SKEMA, l’ESSEC, EM LYON, KEDGE ou la South Champagne Business School.

D’autres, ou les mêmes, donnent accès à des programmes en cinq ans :
KEDGE, EBS, EDC, EMLV, EM Normandie, ESCE, IPAG, PSB, NEOMA et, à partir de 2024 ICD Business School.

L’intégration de l’ICD au concours SÉSAME : la réponse à une concurrence accrue des écoles post-Bac ?

Qu’est-ce que l’ICD ?

L’institut international du commerce et du développement, aujourd’hui appelé ICD Business School, est la grande école du groupe IGS et son fleuron. Créée en 1980, l’ICD propose, depuis ses débuts, une vision innovante du commerce. Elle forme en effet ses jeunes étudiants au commerce responsable et digital.

Reposant sur des valeurs mariant humanisme, entrepreneuriat et professionnalisme, elle a vite conquis sa place dans le petit périmètre des écoles de commerce reconnues internationalement.

Les motivations de l’ICD

C’est dans le but d’offrir « aux candidats la possibilité de démontrer leurs compétences et leurs connaissances dans divers domaines » que l’école souhaite les voir participer à ce concours « reconnu comme un processus de sélection rigoureux pour les études de commerce ». Sa volonté première est ainsi de garantir un processus de sélection objectif et transparent.

L’idée est aussi de favoriser la diversité des parcours et des compétences dans ses recrutements. Mais surtout, derrière ce choix, c’est le renforcement de la notoriété et de la réputation de l’école qui est recherché. D’une certaine manière, c’est un moyen de monter le niveau du recrutement de l’école. Était-ce un réel besoin ?

Une certaine désaffection des candidats pour les admissions post-Bac

Depuis quelques années, le nombre de candidats aux grandes écoles de commerce est plutôt à la baisse. Si le phénomène est important pour les concours Bac + 2 (après deux années de classe préparatoire aux grandes écoles), il touche également les admissions post-Bac.

Il semble que de plus en plus de postulants préfèrent intégrer une école de commerce en seconde année, par une filière parallèle. Pour quelles raisons ? Ces nouveaux candidats ont souvent un Bac+ 3 et recherchent une formation et un diplôme complémentaires. Ce ne sont pas des étudiants qui choisissent en Terminale une voie dont ils ne sont peut-être pas encore complètement certains de son intérêt. Au contraire, ces nouveaux candidats sont déterminés et savent exactement ce qu’ils viennent chercher.

Cela explique vraisemblablement le fait qu’en 2022, par exemple, le concours SESAME ait eu 4 % de candidats en moins par rapport à l’année précédente et, finalement, une baisse de 8 % d’intégrés.

Par ailleurs, cette légère désaffection est peut-être en partie imputable à la montée d’une nouvelle concurrence : avec le développement de l’apprentissage, des écoles qui n’ont pas des contraintes de qualité aussi fortes que les grandes écoles attirent de plus en plus d’étudiants.

Le directeur général de l’EM Normandie explique ainsi que, « dans les villes moyennes notamment, la concurrence est rude avec des écoles qui s’implantent très bien localement ».

La volonté des grandes écoles actuelles de conserver un niveau élevé, voire de le rehausser, en mutualisant des concours difficiles, reste cependant une bonne chose. C’est par l’excellence que l’ICD comme ses consœurs sauront préserver, ou renforcer, leurs places : car la qualité des recrutements entraîne une exigence supérieure des étudiants, impliquant une grande qualité des enseignements. Et, par conséquent, une reconnaissance à l’international, le Graal pour une grande école de commerce !

L’article « Écoles de commerce post-Bac : le concours SESAME intègre l’ICD Business school » a été publié originellement sur le site des Cours Thalès : Écoles de commerce post-Bac : le concours SESAME intègre l’ICD Business school

Generated by Feedzy