Les organisateurs du concours d’écoles d’ingénieurs Puissance Alpha ont récemment dressé un bilan des résultats du concours en 2023. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils sont très positifs, en particulier du fait d’un accroissement du nombre de candidats. À l’occasion de ce bilan, les nouvelles orientations du concours ont été dévoilées, ainsi que l’arrivée d’une nouvelle école dans son giron. Une success-story sur laquelle cet article revient en détail.

Qu’est-ce que le concours Puissance Alpha ?

Le concours Puissance Alpha représente l’une des voies d’accès pour les étudiants désirant intégrer une école d’ingénieurs post-Bac. Il est l’un des concours post-Bac les plus courus. Ce concours est destiné aux élèves désireux de poursuivre une formation d’ingénieurs sans passer par les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE).

Qu’est-ce qu’un concours « post-Bac » ?

Les concours post-Bac, tels que Puissance Alpha, permettent aux étudiants de postuler à plusieurs écoles d’ingénieurs simultanément. Cette approche qui se développe contraste avec la traditionnelle voie des CPGE. Dans cette dernière, les étudiants passent des concours spécifiques après deux années de préparation intensive.

Il existe quatre concours post-Bac particulièrement recherchés :

Avenir Bac, qui ouvre à sept écoles généralistes, mais ne formant que des bachelors,
Geipi Polytech, offrant l’accès à 35 écoles, toutes publiques, de différents secteurs, dont l’agro,
Avance, avec 7 écoles à la clé,
Puissance Alpha, qui aujourd’hui réunit 19 écoles.

On compte également un concours donnant accès aux écoles du groupe Insa, ainsi que France Agro, ouvrant les portes de 3 écoles d’agronomie.

Le concours Puissance Alpha est l’un des concours post-Bac les plus demandés

Le concours Puissance Alpha permet aux élèves de Terminale de choisir parmi une variété d’écoles et de spécialités, sans avoir à passer par le cursus traditionnel des CPGE. Ce sont aujourd’hui 19 écoles, aux spécialités très variées, qui sont directement accessibles par le concours :

3iL ingénieurs : Numérique
CPE Lyon : Chimie, Numérique
EBI : Bio industries
EFREI : Numérique, cloud, cybersécurité
ELISA Aérospace : Aéronautique
ESA : Agronomie,
ESAIP : Numérique, Gestion des risques et environnement
ESCOM Chimie
ESEO : Nouvelles technologies
ESIEA : Sciences et technologies du numérique
ESIEE Paris : Informatique, biotechnologies, génie industriel
ESITC Paris : BTP, construction durable
ESTBB : Biotechnologies
ISEN Méditerranée : Numérique
ISEN Ouest : Numérique
ISEP : Numérique
JUNIA HEI : BTP, Ingénierie médicale, etc. Généraliste
JUNIA ISEN : Numérique

Le principe du concours repose sur quatre caractéristiques fondamentales :

Un vœu unique sur Parcoursup pour les 19 écoles,
Une notation reposant pour 50 % sur le contrôle continu de Première et Terminale, et pour 50 % sur le résultat du concours,
Des critères de sélection différents selon les spécialités choisies en Terminale. Trois profils ont été définis : deux profils « Science » ; Science 1 (une spécialité scientifique en Terminale) et Science 2 (deux spécialités scientifiques en Terminale), et un profil « Techno » pour les élèves en filières technologiques. Cependant, toutes les écoles ne sont pas ouvertes à tous les profils.

Rappelons que chaque école a la liberté de paramétrer les éléments du dossier en fonction de ses propres critères.

Une fois les candidats admis dans l’une des écoles, ils y suivent un cursus qui leur permettra d’obtenir un diplôme d’ingénieur à l’issue de cinq ans d’études.

Dans une douzaine d’écoles, les étudiants peuvent également envisager des parcours tels que le Bachelor d’ingénieur, alternative plus courte au cursus d’ingénieur classique. Il fait l’objet d’un concours spécifique, le Bachelor Puissance Alpha.

Le bilan des derniers recrutements de Puissance Alpha est très positif

Le concours Puissance Alpha a récemment démontré son succès croissant et sa capacité à s’adapter aux besoins changeants des étudiants.

Lors de la présentation des résultats du dernier concours, les organisateurs de Puissance Alpha se sont félicités du succès du concours. En 2023, celui-ci a connu une augmentation significative des vœux sur la plateforme Parcoursup de +16 % par rapport à l’année précédente, atteignant un total de plus de 11 000 vœux.

Mais ce succès valide également une spécificité du concours : sa capacité à attirer des candidats aux parcours atypiques en Première et en Terminale. En effet, de nombreuses grandes écoles d’ingénieurs exigent le choix de deux spécialités scientifiques en Terminale. À l’inverse, Puissance Alpha laisse la possibilité de concourir aux candidats ayant opté, à côté d’une spécialité scientifique, pour une spécialité autre.

Parmi les 11 000 vœux recensés, plus d’un tiers, 37 % exactement, venaient de candidats présentant une combinaison de spécialités différentes de la classique : Physique-Chimie et Mathématiques. Il s’agit du profil « Science 1 ». C’est d’ailleurs dans cette « filière » Science 1 que les vœux ont le plus augmenté en un an, avec une hausse de 36 %. Cette possibilité a clairement ouvert les portes des écoles d’ingénieurs à un public plus large, en particulier à ceux qui souhaitaient s’intéresser à d’autres spécialités moins directement orientées ingénieur.

Quant à l’admission en Bachelor, elle a vu elle aussi une augmentation des vœux de plus de 30 %. Les bacheliers technologiques y sont en augmentation (représentant 22 % des vœux). Et parmi les candidats venant des terminales générales, moins de la moitié avait suivi un cursus intégrant la physique-chimie en spécialité de Terminale.

Puissance Alpha simplifie et élargit son recrutement

En simplifiant ses épreuves et en élargissant son réseau d’écoles, Puissance Alpha poursuit une stratégie innovante qui semble gagnante.

Pour 2024, Puissance Alpha révise son processus d’admission pour le rendre encore plus accessible pour les candidats. Concrètement, la procédure devient identique pour tous les candidats :

Vœu sur Parcoursup,
Note composée à 50 % de la note d’évaluation et à 50 % des notes des épreuves écrites,
Une seule journée d’examen pour tous les candidats, qui se tiendra le samedi 27 avril 2024 dans les 60 centres du concours.

Les sujets des épreuves restent adaptés aux profils, en fonction des vœux faits sur Parcoursup. Les écoles appliquent chacunes des coefficients personnalisés.

De plus, cette année, une nouvelle école intègre le concours : l’ESTBB, ou École Supérieure de Biotechnologie de Lyon. Cette intégration souligne l’engagement de Puissance Alpha à diversifier ses spécialités et à offrir un éventail plus large de parcours d’études, et l’intérêt d’écoles de qualité à rejoindre ce concours.

L’ESTBB, école réputée dans le domaine des biotechnologies, offre aux étudiants l’opportunité d’explorer un secteur en pleine expansion. Cela permet aux candidats intéressés par les sciences de la vie et la biotechnologie de bénéficier d’une formation de pointe au sein d’un établissement à bonne notoriété.

L’orientation prise par Puissance Alpha pour recueillir des profils moins « conventionnels » est une réponse à une certaine désaffection du doublé : Mathématiques et Physique-Chimie en choix de spécialités. Les écoles d’ingénieur doivent diversifier les profils de recrutement ou voir s’assécher les flux des candidats. Cette stratégie, qui semble bien fonctionner dans le cas de Puissance Alpha semble à tous points positive. Elle permet enfin aux écoles d’intégrer des élèves aux profils plus divers, insufflant de nouvelles compétences, de nouvelles attentes et de nouvelles manières d’envisager les questions scientifiques.

L’article « Le concours Puissance Alpha s’élargit et se simplifie » a été publié originellement sur le site des Cours Thalès : Le concours Puissance Alpha s’élargit et se simplifie

Generated by Feedzy