Ce projet étudie les nouvelles relations entre mobilités transnationales et optimisation fiscale, en analysant leurs effets spatiaux dans les « paradis fiscaux ». Loin d’être de simples centres financiers internationaux, ces territoires développent aussi une « infrastructure migratoire » pour attirer les riches étrangers, notamment à travers des programmes immobiliers et de citizenship per investment. Le projet étudie cette infrastructure migratoire pour migrants privilégiés par une comparaison entre 4 terrains (Belgique, Malte, Emirats Arabes Unis, Maurice), et par des enquêtes ethnographiques menées à la fois auprès des intermédiaires de la migration et des migrants privilégiés eux-mêmes, afin d’étudier leurs styles de vie et leurs mobilités. Le projet contribue à la mise en réseau des MSH de Poitiers et de Lille et renforce, du fait de son volet quantitatif et cartographique, les liens entre leurs Plateformes Universitaires de Données. Interdisciplinaire (géographie, sociologie, sciences politiques) et international du fait à la fois de l’équipe qui le porte et des terrains et méthodes envisagés, il analyse les types émergents de migrations privilégiées liées aux techniques d’optimisation financière dans la mondialisation.

Generated by Feedzy