Description :

Dans un article pour The Conversation publié en 2018, Marcello Vitali-Rosati (professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et titulaire en 2016 de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques) souligne que les chercheurs ne maîtrisent pas l’écriture numérique. L’écriture numérique repose sur la distinction stricte entre le contenu (le sens) et la forme (la mise en page), permise notamment par l’utilisation de langage de balisages tels que le Markdown. Ce langage de balisage sémantique léger permet d’ouvrir et de « fairiser » les données produites au quotidien par les chercheurs, en facilitant leur transformation vers d’autres formats comme le HTML pour le web ou LaTeX pour l’édition numérique. Ainsi, la maîtrise du Markdown permet aux chercheurs de donner une dimension sémantique à leurs travaux, en utilisant un outil « low tech » et en assurant la pérennité de leurs écrits. Les potentialités du Markdown seront illustrées avec l’éditeur de texte Obsidian.

Plan de l’atelier :

Le Markdown: du sémantisme à l’interopérabilité
Initiation au Markdown et mise en pratique
Insérer le Markdown dans un workflow de recherche

Conditions d’inscription :

La formation est ouverte à l’ensemble des chercheurs et personnels des laboratoires affiliés à la MESHS, dans la limite des places disponibles.

Les étudiants de Master intéressés par la formation sont invités nous contacter au préalable à l’adresse suivante.

Le nombre de places est limité à 20 personnes en présentiel et 25 personnes en distanciel.

Date limite d’inscription : à venir

Lien vers formulaire d’inscription : à venir

 

date : vendredi 09 février 2024, 10h-12h 🌐

Generated by Feedzy