Catastrophique ! Clament les uns. Il faut relativiser, leur répondent d’autres. Le glissement de la compréhension et de l’écriture du français par les élèves, attesté par plusieurs évaluations récentes, a déjà commencé à animer des débats enflammés. Mais qu’en est-il réellement ? Les futurs adultes auront-ils des difficultés à se comprendre et à s’exprimer à l’écrit ? Faut-il activer des mesures d’urgence pour y remédier, ou le phénomène n’est-il pas exagéré et surexploité par de nombreux groupes d’intérêt ? Cet article vous propose un éclairage sur la situation.

De l’école élémentaire au lycée, tous les indicateurs sont en berne

Le niveau de français chez les élèves, de l’école élémentaire au lycée, est un sujet de préoccupation majeure depuis le début des années 2000. Les récents résultats de tests internationaux comme hexagonaux convergent : ils démontrent une baisse continue des compétences en langue française. Ce phénomène s’étend à tous les niveaux d’enseignement et soulève une interrogation majeure : pourquoi, alors que des alertes sont déjà survenues au cours des deux décennies passées, n’avons-nous pas été capables d’inverser la tendance ?

Le choc du classement PISA 2023

Le Programme for International Student Assessment (PISA) est une étude mondiale menée par l’OCDE. Elle évalue les systèmes éducatifs en mesurant les performances des élèves de 15 ans dans des domaines clés tels que la compréhension en langue maternelle, mais également les mathématiques et les sciences. PISA est un outil précieux pour comparer les standards éducatifs entre différents pays et identifier les pays susceptibles d’améliorer leurs scores.

La grande nouveauté de 2023 est que tous les pays de l’OCDE marquent une baisse prononcée sur la compréhension de la langue maternelle, et d’ailleurs sur les autres matières également. Sur l’écrit, le tiercé de tête comprend Singapour, l’Irlande et le Japon. Avec un score deux points en dessous de la moyenne des 38 pays de l’OCDE, la France se retrouve en 18e place. Rien de très glorieux, même si son classement ne bouge pas par rapport à la précédente enquête parue en 2019.

De plus, si tous les pays connaissent un recul significatif de leurs notes, La France se distingue avec un recul plus important que la moyenne de celui des pays participants : 19 points de moins, contre 10 pour la moyenne. L’ampleur de cette baisse interpelle sur la nécessité d’adopter des stratégies éducatives innovantes pour inverser cette tendance. On pourrait bien sûr mettre en cause la méthodologie de l’enquête PISA. Les tests proposés ou les échantillons d’élèves choisis peuvent en effet être contestés. Il faut cependant rappeler que cette enquête repose sur les mêmes tests et le même principe d’échantillonnage depuis plus d’une vingtaine d’années. Il faut donc en déduire que la même catégorie d’élèves évalués connaît une baisse significative de ses capacités de compréhension à type de test comparable. Ce qui n’est pas rien. D’autant que d’autres études, nationales celles-ci, convergent dans le verdict d’une déficience croissante en matière de Français.

Les évaluations nationales ne sont pas meilleures

Les récentes évaluations nationales en France confirment une baisse alarmante du niveau de Français chez les élèves. Cette situation grave se manifeste à travers divers aspects, notamment en orthographe et en compréhension de texte. Les résultats montrent que les élèves actuels, qu’ils soient en école élémentaire, au collège, ou au lycée, présentent des lacunes plus marquées par rapport aux générations précédentes.

Le recul de l’orthographe, selon une étude de 2022

Autre indicateur en mauvaise posture : l’orthographe. Selon une étude de la DEPP réalisée en 2022, les élèves de CM2 commettent en moyenne 9 fautes d’orthographe de plus qu’en 1987, soit une hausse de 81,3 % en 35 ans. Ce déclin n’est pas récent. À un autre niveau, en 1996 déjà, les collégiens cette fois faisaient 2,5 fois plus de fautes d’orthographe que ceux des années 1920 lors d’une même dictée.

Cette baisse continue et prononcée dans le niveau de Français en orthographe est un indicateur préoccupant, révélant une détérioration des compétences fondamentales.

Une évaluation des élèves de 4ème de 2023 confirme le phénomène

Le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal n’a pas attendu la publication des résultats PISA cette année pour faire part publiquement de son inquiétude. Une autre évaluation réalisée auprès de l’ensemble des élèves de 4ème à la rentrée scolaire 2023 révèle que plus de la moitié d’entre eux ne maîtrisent pas convenablement la lecture. Cette faible performance en compréhension de texte est particulièrement alarmante dans la mesure où elle affecte directement d’autres domaines d’apprentissage. « Ces résultats ne sont pas satisfaisants et sont même plutôt inquiétants », confiait le ministre à cet égard.

Quelles explications peut-on trouver à ce bilan inquiétant ?

L’analyse des causes de la baisse du niveau de Français chez les élèves est essentielle pour y remédier. Plusieurs facteurs semblent contribuer à cette situation préoccupante, allant de l’impact de la pandémie de COVID-19 à des inégalités structurelles en matière d’éducation. Une compréhension approfondie de ces éléments est nécessaire pour développer des stratégies efficaces et adaptées.

La COVID-19 a manifestement entamé la capacité des lycées de l’OCDE à comprendre des textes

La première analyse des résultats 2023 de l’enquête PISA et du recul général des scores sur toutes les matières met en avant les conséquences de la pandémie de COVID-19. On savait déjà que la rupture avec des cours en présentiel avait eu un fort impact, perturbant sensiblement l’enseignement et l’apprentissage dans de nombreux pays de l’OCDE. Les fermetures d’écoles et la transition vers l’enseignement en ligne ont affecté la capacité des écoliers, collégiens et lycéens, à assimiler de nouvelles notions. D’où, entre autres, une moindre compréhension des textes écrits. Mais voilà longtemps que la France manifeste un recul en la matière. Si la COVID-19 a accentué le phénomène, ce qui l’a créé est à chercher ailleurs.

La France reste le plus inégalitaire des pays

Les inégalités dans le système éducatif français constituent un facteur explicatif clé de la baisse du niveau de Français. Chaque parution d’une nouvelle enquête PISA épingle la France : de tous les pays de l’OCDE, nous avons le triste privilège d’être parmi les pays dans lesquels les écarts de scores entre élèves issus de milieux favorisés et ceux de milieux plus modestes sont les plus élevés. Le rapport PISA 2023 insiste : « la France est l’un des pays de l’OCDE où le lien entre le statut socio-économique des élèves et la performance qu’ils obtiennent est le plus fort ».

En quoi cela peut-il expliquer des résultats globalement insuffisants ? Tout simplement, car notre système scolaire, au lieu de tirer tous les élèves vers le haut, semble abandonner les défavorisés et, par contre, concentrer ses efforts sur ceux qui ont déjà les capacités à mieux réussir. La dichotomie qui s’opère chaque année davantage entre le recrutement des collèges et lycées publics et privés en est le témoin.

Un manque d’enseignants et des formations insuffisantes

Le déficit d’enseignants qualifiés et une formation parfois insuffisante des enseignants pourraient également être une cause du problème. L’OCDE insiste d’ailleurs sur la formation des enseignants français et prône une formation initiale où seraient valorisées les compétences pédagogiques, actuellement mal et peu enseignées.

Mais avant même de réformer éventuellement leur formation, encore faudrait-il déjà disposer d’un nombre de professeurs suffisant. Une semaine après la rentrée scolaire 2023, il manquait en moyenne au moins un enseignant dans 48 % des collèges et lycées français. Ce qui peut expliquer des recrutements effectués à la va-vite, sans trop s’embarrasser des compétences fondamentales des candidats-professeurs.

Fin 2022, un article du Figaro faisait ainsi état de l’inquiétude des jurys d’académie sur la maîtrise de la langue française chez les candidats aux concours de professeurs. Problèmes d’orthographe, de grammaire, de conjugaisons, références culturelles exclusivement empruntées aux jeux vidéo et aux séries en streaming : les lacunes remarquées chez de nombreux candidats se retrouvaient dans toutes les académies.

Des mesures fortes devraient être prises pour conjurer cette chute de la compréhension

Le ministre de l’Éducation a souhaité montrer qu’il avait pris la mesure du problème en annonçant de nombreuses mesures à venir dans les écoles, au collège et au lycée. Toutefois, malgré le côté « coup de poing » de certaines d’entre elles, ne passent-elles pas à côté de l’essentiel ? On pense en particulier à la mise en œuvre de « classes de niveaux ». Si l’idée n’est pas inintéressante : autour de matières essentielles, le français ou les mathématiques par exemple, réunir les élèves par niveaux de compétences. Les moins bons pourront ainsi avancer à leur rythme, avec des cours plus soutenus, les meilleurs continuer sans être handicapés par les « retardataires ». Mais le rythme n’est-il pas plutôt d’accroître encore la césure entre favorisés et défavorisés et parvenir réellement à une éducation à deux vitesses ?

Quant à renforcer encore l’enseignement des matières fondamentales dès l’école élémentaire, cela peut aussi faire douter : les écoliers et élèves français sont ceux qui, comparativement à leurs collègues des autres pays de l’OCDE, ont le plus d’heures de cours. Sans que cela ne paraisse vraiment efficace…

Il est certain que seule une réforme ambitieuse pourrait inverser une tendance dangereuse. Mais l’État a-t-il la volonté de prendre le temps de la réflexion au lieu de prendre des décisions très rapides, et surtout de mettre les moyens nécessaires : meilleurs salaires des enseignants, plus d’enseignants, mieux formés, etc. ?

L’article « Le niveau de Français des élèves est toujours à la baisse » a été publié originellement sur le site des Cours Thalès : Le niveau de Français des élèves est toujours à la baisse

Generated by Feedzy