1 – Commencer sa préparation au plus tôt

Le meilleur moyen de réussir le concours SESAME est de prendre de l’avance sur ses concurrents dès la phase de préparation. Le concours SESAME teste les candidats sur 7 épreuves QCM dont 6 d’entre elles ne durent que 20 à 40 minutes. Commencer sa préparation tôt dans l’année permet aux candidats de se faire au rythme de résolution rapide qui est imposé. De plus, la diversité des épreuves exige de la part des candidats une polyvalence qui ne peut s’acquérir que sur le long terme. Il est donc impératif de bien se préparer pour chacune des 7 épreuves ! Il est conseillé de s’inscrire au plus tôt au concours SESAME pour avoir accès à l’application et pouvoir s’entraîner sur les exercices officiels.

Cours Thalès propose de commencer la préparation spécifique au concours SESAME dès les vacances de la Toussaint. Les élèves bénéficient donc au plus tôt des conseils de nos professeurs pour disposer d’un maximum de temps pour les mettre en pratique.

2 – Réviser ses fondamentaux

Le concours SESAME teste des compétences et des notions relativement basiques dans 7 domaines différents. Des maths à l’anglais en passant par le français ou l’épreuve d’enjeu contemporain, il faut être prêt dans tous les sujets ! Pour cela, une révision en profondeur des fondamentaux de chaque matière est indispensable. Il est essentiel d’identifier les matières dans lesquelles ses propres résultats sont les moins bons afin de reprendre les bases. Que ce soit l’orthographe, la grammaire, les pourcentages ou la bureautique, il faut être familier avec l’ensemble des compétences testées dans chacune des épreuves pour assurer son admissibilité dans l’école visée.

Nos professeurs aident les étudiants dans l’identification des notions clés par matière. Des séries et vidéos thématiques sont proposées aux étudiants afin qu’ils se renforcent spécifiquement dans certains domaines.

3 – Passer la préparation en mode “conditions réelles“ dans les deux mois précédant le jour-J

Si la première partie de la préparation est consacrée à la découverte des épreuves et de leur format, à l’adoption des différentes techniques de résolution et à la révision des fondamentaux de chaque matière, à deux mois du concours il faut entrer dans la phase d’automatisation des acquis. Bien que les épreuves soient courtes, la journée du concours n’en est pas pour autant moins longue ou fatigante. S’habituer à enchaîner les épreuves de différentes matières permet de garder la tête claire le jour de l’épreuve.

Cours Thalès propose à chaque étudiant de passer deux concours blancs au cours de leur préparation pour se familiariser aux conditions des épreuves et se tester en situation réelle. Un stage Dernière Ligne Droite est également organisé début avril afin d’arriver le jour du concours avec un maximum de confiance et de compétences.

4 – Réviser intelligemment

La semaine précédent le concours n’est pas le moment de s’affoler ! Plutôt que de se lancer tous azimuts dans des séances de résolution d’exercices stressantes, c’est le moment de relire ses notes accumulées pendant l’année : sur l’actualité, les formules basiques de mathématiques, les règles d’orthographe et de grammaire essentielles, etc.
Cours Thalès propose à tous ses étudiants des revues de presse au format vidéo à visionner tout au long de la préparation. Ces vidéos, confectionnées par nos experts, sont une ressource utile pour se refaire le fil de l’actualité dans la semaine précédent le concours.

5 – Se mettre dans le bon rythme

Il est important d’arriver en pleine forme le jour de l’épreuve ! Pour cela, il est recommandé de maintenir un rythme sain les jours précédant le concours. Il faut se projeter sereinement sur l’épreuve et se rappeler le travail accompli tout au long de l’année. Cette journée doit venir récompenser les efforts fournis !

Il est également essentiel de relire les consignes officielles du concours et de préparer le matériel en avance.

6 – Commencer sa journée du bon pied

Si ce conseil peut paraître trivial pour certaines, il reste un facteur déterminant de bonne performance. Se réveiller en avance, prendre une douche, prendre un petit déjeuner, s’aérer 5 minutes ou faire quelques étirements si besoin, sont autant d’éléments qui permettent de se mettre dans les meilleures conditions pour réussir sa journée. Le cerveau et le corps doivent être prêts dès le début de la première épreuve et rester sur le vif tout au long de la journée.

7 – Entrer dans sa zone de confort

S’installer à son bureau 15 minutes avant le début de l’épreuve, se préparer une bouteille d’eau et un encas, relire ses dernières notes si besoin et se projeter vers la première épreuve sont essentiels pour bien commencer le concours.
Nous donnons accès à nos étudiants, tout au long de l’année, à des vidéos de sophrologie pour leur donner les clés de la gestion du stress et les aider à se projeter vers les épreuves.

8 – Être tactique et pragmatique

La journée de concours est longue et éprouvante. Le rythme de résolution imposé sur la journée est très élevé. Il faut développer des techniques de résolutions pragmatiques afin de ne pas s’épuiser avec des résolutions fastidieuses. Procéder par élimination, preuve par l’absurde et raisonnements indubitables sont autant de tactiques indispensables pour gagner des points tout en économisant son énergie. Il faut être pragmatique dans le temps passé sur chaque question : chaque minute investie dans chaque épreuve doit être orientée vers la prise de point.

Nos professeurs sont experts du format QCM de chaque épreuve. Nous nous appliquons dans nos stages à transmettre ces techniques et nous aidons nos étudiants à passer du mode “scolaire” au mode “concours”.

9 – Anticiper le facteur stress

Le stress est un facteur inhérent à tout examen ou concours et touche sans exception chacun des candidats quelle que soit la qualité de sa préparation. S’il peut être bénéfique lors de la phase de préparation afin de se pousser à réviser un maximum, il peut être bloquant le jour J. Le format du concours SESAME et ses épreuves ultra courtes ne permettent pas de se laisser submerger par le stress. Il faut commencer fort et poursuivre l’effort tout au long de la journée, ne pas rester bloqué sur une épreuve que l’on aurait “ratée” et toujours aller de l’avant pour continuer à gagner des points. La qualité de la préparation, tant académique que mentale, doit donner des points de repère et des valeurs refuges pour limiter l’impact négatif du stress le jour J.

10 – Commencer la préparation des oraux au plus tôt

S’il est indispensable de réussir les écrits pour être admissible aux oraux, ces derniers constituent l’étape cruciale vers l’admission. En cas d’admissibilité, une bonne prestation aux oraux assure presque l’admission finale. Les coefficients de ces épreuves orales sont très élevés et les notes attribuées sont déterminantes. Les jurys sont invités à mettre des notes “extrêmes” aux candidats pour récompenser ceux qu’ils souhaitent réellement voir intégrer l’école. Un bon résultat aux oraux peut venir compenser une admissibilité sur le fil.

Cours Thalès propose une préparation anticipée aux oraux pour laisser le temps à chaque candidat de se familiariser avec l’exercice et de peaufiner son discours.

L’article « 10 conseils pour réussir le concours SÉSAME » a été publié originellement sur le site des Cours Thalès : 10 conseils pour réussir le concours SÉSAME

Generated by Feedzy