Cette table ronde abordera les sujets suivants :

L’éco-anxiété

par Clémence Roger, Marie Mathé, Nicolas Gauvrit et Fanny Grisetto.

Végétaliser, mais pas trop : la campagne nationale Lundi Vert

Par Laurent Bègue-shankland

L’initiative Lundi Vert, une campagne nationale de végétalisation de l’alimentation un jour par semaine, présente dans 40 pays et initiée récemment en France représente-t-elle une option pertinente pour diminuer les émissions de GES ? Quels en sont les ressorts et l’impact ? Bilan, éclairages et anecdotes autour d’une expérience végétale originale menée dans un pays attaché à la cuisine traditionnelle.

 

Prévention des violences sexuelles et sexistes dans les transports en commun : Un enjeu trop peu pensé pour le développement durable

par Hugo d’Arbois de Jubainville et Massil Benbouriche

Alors que transports en commun constituent un environnement particulièrement à risque de violences sexuelles, les expériences de victimation ou la peur d’être victime constituent un obstacle à la mobilité, en particulier pour les femmes.  La sécurité dans les transports en commun constitue doit permettre à l’ensemble des acteurs de se déplacer librement sans devoir opérer des choix contraints. Dans ce contexte, cette présentation discutera de l’importance de la prévention des risques de violences sexuelles dans les transports en commun, et de l’amélioration du sentiment de sécurité qui peut en être attendue, comme un enjeu majeur en termes de développement durable.

 

L’Extrémisme (non-)violent en matière d’Écologie Radicale en France

Par Massil Benbouriche, Nicolas Amadio et Thomas Meszaros

Alors que le militantisme et l’engagement contestataire s’accompagnent d’un ensemble de considérations morales et politiques quant à ce qui relève de la « radicalité », de son acceptabilité sociale ou de sa nécessité, les discours amalgamant radicalisation, extrémisme violent et terrorisme ont entraîné de la confusion tout en drainant une attention renouvelée aux différentes formes de radicalités, dont l’écologie dite radicale. Dans ce contexte, cette présentation discutera des dynamiques d’engagement et de résistance à l’extrémisme violent dans l’écologie radicale, et plus largement des rapports entre « crises » et « radicalités politiques ».

INTERVENANTS :

Massil Benbouriche est maître de conférences HDR en psychologie et justice à l’Université de Lille, chercheur au sein du laboratoire PSITEC.

Clémence Roger est maîtresse de conférences en psychologie à l’Université de Lille et membre du laboratoire SCALAB.

Laurent Bègue-Shankland est professeur en psychologie à l’Université Grenoble Alpes, chercheur au LIP-PC2S et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (UAR CNRS 3394/UGA).

Hugo d’Arbois de Jubainville est enseignant-vacataire au CNAM.

Nicolas Amadio est maître de conférences en sciences sociales à l’Université de Strasbourg.

Marie Mathé est doctorante au sein du laboratoire SCALAB, financement doctoral ADEME.

Thomas Meszaros est maître de conférences en science politique à l’Université Lyon 3.

Nicolas Gauvrit est maître de conférences au sein du laboratoire PSITEC.

Fanny Grisetto est post-doctorante au sein du laboratoire SCALAB.

Rencontre gratuite, ouverte à tous.

Sur inscription (à l’adresse : mediation[AT]meshs[POINT]fr)

Cette rencontre est organisée dans le cadre du 15e Printemps des sciences humaines et sociales « Penser le changement climatique », du 28 mars au 18 juin 2024. 

 

date : mardi 18 juin 2024, 13h30-17h 🌐

Generated by Feedzy